La naissance de fleurs artificielles

Il y a plus de 3 000 ans que l’art de réaliser des fleurs artificielles s’établit en Chine et au Moyen-Orient. En Europe la production des fleurs artificielles commença au 16ème siècle en Italie dans les couvents de religieuses .  C’est seulement au 18ème siècle que des fleuristes artificiels s’établirent en France, en Bohême et en Prusse. Jusqu’aux années 1920 les fleurs artificielles étaient un véritable accessoire de la mode féminine.

Histoire de la fleuristerie artificielle en Europe

D'abord, appelés bouquetier-décorateurs, les fabricants de fleurs artificielles prennent le nom de fleuriste à la fin du 18ème siècle. Ils ne se sont jamais constitués en communauté.

Il faut attendre l’année 1738 pour que les imitations des fleurs procurent l’illusion d’une véritable fleur. Un certain Séguin, venu de Mende et arrivé en France vers 1738, réalise de réels progrès dans la confection de ces fleurs avec du parchemin, du papier, du fil de fer et des cocons de vers à soie. Les produits de son art sont alors destinés dans un premier temps à décorer les tables.

Dès 1775, un fleuriste artificiel dénommé Beaulard est resté célèbre pour avoir présenté à Marie-Antoinette d'Autriche, princesse autrichienne et épouse de Louis XVI, un bouton de rose qui s’épanouit en sa présence (cf ; correspondance de Métra, janvier 1775, p180).

Tableau Portrait de Marie-Antoinette en 1783, par Élisabeth Vigée Le Brun.

T-J Wenzel obtint ensuite les faveurs de la reine. Il publie un volume en 1790, dans lequel il propose d’établir à Paris une manufacture de «  végétaux artificiels » où 2000 femmes auraient une occupation lucrative. Wenzel réussit surtout auprès des dames de la cour et consent à leur donner des leçons. On compte parmi ses élèves la Comtesse de Genlis qui se serait distinguée par la délicatesse de ces bleuets, coquelicots, myosotis et marguerites.

La profession se développe particulièrement sous la restauration (1814/1830), époque à laquelle il n’est pas concevable pour une femme de bon ton de se rendre au bal sans fleur sur sa robe et dans sa coiffure ou pour un élégant sans fleur à sa boutonnière.

A cette même époque, la confection de fleurs artificielles est aussi un passe-temps auquel s’adonnent toutes les familles au salon pendant les longues soirées d’hiver. L.de Laëre, professeur de fleurs artificielles de la seconde moitié du 19ème siècle, propose dans «La fleuriste des salons » sa méthode de fabrication aux dames éloignées de Paris qui ne peuvent prendre ses leçons. Cet ouvrage démontre à quel point cette activité était importante à l’époque.

1912, Une famille fabricant des fleurs artificielles en soie, à New York 1765, Atelier de fabrication de fleurs en papier

A partir de 1850 environ 6000 ouvrières et petites mains produisent des fleurs artificielles. Les maisons se spécialisent dans la confection de feuillages, de petites fleurs, de pistils et étamines.

De nos jours, les fleurs de corsages se portent peu. On les retrouve le plus souvent en haute couture . Ce qui se traduit par la quasi disparition de cet art et de ce fait, la disparition des maisons des fleuristes artificielles. Les dernières existantes encore, travaillent pour de prestigieuses maisons de couture. On peut compter parmi ces dernières, l’Atelier Légeron qui dans les années 1880 vendait des pistils et des feuillages et qui de nos jours réalise de magnifiques collections de fleurs pour la haute couture et c’est surtout le seul atelier indépendant. Les quelques autres existant ont été rachetés par la maison Chanel comme la maison Lemarié.

L’univers du mariage permet à l’heure actuelle un renouveau pour des fleurs de corsage, afin d’agrémenter la robe, ou bien en couronnes, ou encore sur des peignes et des piques qui orneront les coiffures des mariées.

(Sources Wikipedia et Séverine Ledoré)

Voici quelques photos d'oeuvres florales de nos créateurs. Toutes ces pièces ont été réalisées à partir de matières impérissables.

  Bouquet de renoncules en papier de soie par la créatrice "Brin de Lin Créations" - Made in Loiret Bouquet "Éclat d’anémones" rose/fuschia, blanche, et bleue/mauve en porcelaine froide de la créatrice "Fleurs Eternelles - Made in Isère   

Bouquet de fleurs en tissus pour mariage sur le thème Rainbow de la créatrice Doucefleur Design - Made in Val de Marne Bracelet avec rose bleue en cuir véritable par les créateurs "Fleurs de Peaux - Made in Seine Maritime Composition floral de nénuphar en collant de nylon